La bouche...

Voici venu notre dernier examen…la bouche, sans aucun doute, la phase la plus importante. En effet, chaque partie de la langue peut donner des sensations précises.

On gardera un peu de vin en bouche, en le faisant tourner, pour ainsi juger quatre saveurs élémentaires : l'acidité (côté droit de la langue), l'amertume (arrière de la langue), le goût sucré (bout de la langue) ou salé (côté gauche de la langue).

Quant aux tanins, ce seront vos gencives qui les jugeront.

Nous vous conseillons, afin de sublimer les perceptions, d’utiliser la technique de la rétro-olfaction. Il s’agit d’aspirer trois ou quatre bouffées d’air par le nez tout en gardant votre gorgée de vin dans la bouche. On dit qu’on « grume » le vin. N’hésitez pas à faire un peu de bruit, rien de malpoli lors de la dégustation ! Vous avez même le droit de recracher un très grand vin lors d’une dégustation !

On avalera ensuite la gorgée afin de mesurer sa persistance aromatique, c’est la longueur en bouche. On reconnaîtra un grand vin à sa capacité à évoluer en bouche et à perdurer même une fois avalé. Les 3 critères les plus intéressants :

1/ L’attaque : ce sera la puissance du vin (franche ? souple ?)

2/ Le milieu de bouche : ce seront les saveurs qui se déploient en bouche (acidité ? tanins ? texture du vin)

3/ La finale : ce sera l’évolution du vin, sa persistance

Voilà, après ces 3 articles vous deviendrez un expert de la dégustation !

 

 

 

 

Inscrivez vous à notre Newsletter Mes vignes en coffret