Le rôle du nez...

Après l’examen visuel de la semaine dernière, il est important d’insister sur le rôle du nez.

C’est ce 2ème sens qui vous permettra de juger votre vin, d’en savoir plus sur son origine, sa maturité, de pouvoir l’identifier.

Commençons par ce que l’on appelle le « premier nez » : sans remuer votre verre pour ne pas l’aérer, il s’agit de repérer sa « personnalité », s’il est intense, généreux, ou plutôt discret, peu expressif.

C’est aussi lors de cette étape qu’on pourra repérer les défauts et/ou savoir si votre vin est bouchonné.

Puis, en aérant ou en ouvrant votre vin, nous aurons le deuxième nez ; les arômes sont décuplés, beaucoup plus perceptibles, n’hésitez pas à placer votre nez dans le verre !

Là, vous pourrez retrouver tout le bouquet de votre vin, c’est sa signature. Il s’agira d’identifier la famille d’arômes à laquelle il appartient. S’il sent la mousse, les champignons, ou encore la terre humide, on le qualifie de végétal. S’il sent l’acacia, la pivoine, on dit qu’il est floral. On peut également dire du vin qu’il est fruité (banane, pamplemousse), animal, ou encore épicé (muscade). Il existe 6 catégories.

 

Il existe donc les arômes primaires, qui viennent essentiellement du cépage. Les arômes secondaires, issus de la fermentation, et les arômes tertiaires qui nous viennent de l’élevage en fûts de chêne, ou en cuve.

Mais ces 3 arômes feront l’objet d’un article prochainement.

Inscrivez vous à notre Newsletter Mes vignes en coffret